Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


dimanche 31 janvier 2010

Escapade en Ligurie (suite...)

Tout d'abord, merci à tous
pour vos encouragements
après le 900ème message...
.
Voici la suite du reportage sur nos courses mensuelles
et tout d'abord
un petit clin d'oeil à Minemine :
voici donc notre huile d'olive pour la semaine....
Finalement, il n'y en pas beaucoup...
.
Nous avons trouvé également des filets de thon à l'huile,
du pesto, de la sauce aux noix, de la "mostarda" de pommes
et de la crème de roquette,
sans oublier quelques cèpes séchés...
Mais aussi une mortadella,
au goût inimitable,
et coupée en vraies tranches fines !

"La torta verde"
aux courgettes
est une spécialité de la Ligurie ;
celles vendues dans la boulangerie
du vieux village sont particulièrement bonnes...

Et pour finir,
puisque nous parlions
de "Cappon Magron" hier,
voici, trouvées dans notre épicerie italienne de Mazargues,
les"galettes du marin"
indispensables pour réaliser ce plat...
(Des photos de la "produzione propria", demain....)



samedi 30 janvier 2010

Repas festif (4)

Aujourd'hui, escapade mensuelle en Ligurie,
à Bordighera,
pour faire quelques courses
(huiles d'olive, magazines de cuisine,
focacce, charcuterie, et diverses "zizeries"...).
.
Nous avions très bien mangé au "Buga Buga"
sur le "Corso Italia",
et quand nous avons su que le propriétaire tient également
un autre restaurant dans le vieux village,
"L'osteria Il Magiargè",
nous avons avons décidé de nous y arrêter "a pranzo"...
(le site nous avait alléchés..

Un salle de restaurant très chaleureuse,

une carte des vins très complète,
(ici, seulement les vins au verre
et en carafe).

Une carte très "ligure",
avec tous les plats les plus représentatifs :

à des prix tout à fait raisonnables,
pour la qualité offerte...

"Due bicchieri di Prosecco"
.
avec "pane e coperto" ...
Deux portions individuelles de
"Cappon magro"
plat ligure, s'il en est,
magnifiquement présenté
et surtout absolument délicieux !

Un soupe de poissons "Il ciuppin" ,
(prononcer « choupine »)
qui a la particularité d'être "passée",
contrairement à l'habitude italienne
où la soupe est souvent servi avec les morceaux de poissons...
Cette soupe de poissons typique de la Ligurie ressemble beaucoup
à toutes celles que l’on prépare
sur nos propres rivages de la Méditerranée.
« Ciuppin » signifie tout simplement « petite soupe ».

Quelques croûtons
avec une "rouille" très légère",

et un "coniglio in casseruola"
cuit dans du vin blanc
("Pigato di Albenga")
.
Due caffè e il conto, per favore...

Un excellent repas
pour couronner cette promenade
où l'on sentait déjà les prémices du printemps
(voir Norma C.) !

vendredi 29 janvier 2010

Les bonnes adresses de Totirakapon : Pavie

Cette semaine, la rubrique
"Les bonnes adresses"
nous emmène à Pavie,
en écho à l'énigme de "Norma C."
.
Nous sommes allés trois fois à Pavie,
petite ville de Lombardie,
célèbre pour sa Chartreuse
et pour la défaite de François Ier en 1525,
("Tout est perdu, fors l'honneur...")
à 80 km environ au sud de Milan,
et qui est une ville très agréable
pour différentes raisons.
.
Tout d'abord,
c'est une ville où passe un fleuve, "il Ticino",
(en français, le Tessin) ;
ensuite, malgré la renommée de la Chartreuse,
c'est une ville sans touristes, ou presque !
(Impossible d'acheter une carte postale,
lors de notre premier séjour...).
Nous nous y sommes rendus en février, en avril et en mai,
et peut-être avons-nous eu de la chance
dans ces périodes creuses,
de trouver une ville avec une vie de tous les jours,
très active, animée,
(il y a beaucoup d'étudiants);
enfin, et vous pourrez le vérifier en cliquant :
c'est une très belle ville,
à l'aspect un peu sévère,
toute rose, qui fait parfois penser à Toulouse.
On retrouve le plan romain
avec le decumanus et le cardo,
dans les deux grandes rues animées du centre :
Corso Cavour et Corso Strada Nuova.
.
Nous ne pouvons que vous conseiller d'y faire une halte
et de vous rendre à l'Hôtel Excelsior
sur la place de la gare (mais très calme),
(Piazzale della Stazione, 25)
et qui dispose d'un garage,
(c'est bien pratique quand on voyage un peu chargé) :
confort, accueil et petit déjeuner excellents
pour un prix très modéré.
.
Sur les conseils du patron,
très francophile,
nous avons mangé
à l'osteria "Alle Carceri"
("Les prisons", car elle se trouve derrière les anciennes prisons).
.
Via Fratelli Marozzi,
une ruelle parallèle au Corso Cavour.

Les deux premières fois, ce fut EXCELLENT :
la cuisine est faite par le patron,
spécialiste du risotto,
et de certaines recettes de poissons ;
nous avons d'ailleurs adopté le "saumon de Pavie",
des filets de saumon cuits avec des graines de fenouil mixées.
Les spaghetti "al nero di seppia"
aux coquilles St-Jacques et aux tomates séchées
étaient également splendides.
Nous avons été un peu déçus la dernière fois,
mais surtout parce qu'il y avait
beaucoup de monde ce soir-là...

Nous avons fait quelques emplettes dans le centre
et dans cette charcuterie,
nous avons acheté un "cotechino" délicieux!

.

Nous avons acheté de nombreux ustensiles de cuisine
dans une boutique au début du "Corso Cavour",
une espèce de caverne d'Ali Baba de "casalinghi"...

.

Au bout de la Strada Nuova,
on débouche sur le Ticino
et son célèbre pont couvert.
Le long de la berge, des péniches se transforment
en cafés-restaurants aux beaux jours !
Mais attention aux "zanzare" et aux maringouins!

.

Dans le centre ville,
la piazza della Vittoria,
tout près du "Duomo"
avec son palais communal du XIIème s.
"il Broletto",
et des cafés tout le long des arcades.

Vue sous un autre angle....

Les petites rues piétonnes
qui entourent l'Université

peuvent être très animées,
mais, au détour d'une rue,
on tombe sur un petit quartier,
très calme, sans personne,
.

avec toujours une tour,
comme point de repère...

jeudi 28 janvier 2010

Crème de "baccalà" au thym

Un "coup de coeur"

pour cette "crème de baccalà au thym",
très légère, très facile à réaliser,
et savoureuse.
Une recette de "La Cucina del Corriere"!
.
Avant la cuisson...

Après la cuisson...

Ingrédients pour 4 personnes :
- 800g de morue réhydratée ou, à défaut, de filets de cabillaud
- 5 ou 6 brins de thym frais
- 1 pomme de terre bouillie
- 30g de parmesan
- 20cl de crème fraîche très légère ou de lait
- huile d'olive
- sel et poivre

Faire cuire 15mn le poisson dans de l'eau bouillante peu salée, avec 3 ou 4 brins de thym.
Bien l'égoutter et l'écraser à la fourchette en le mélangeant avec 2àcl de crème fraîche et de l'huile d'olive, jusqu'à obtenir un mélange crémeux. Saler et poivrer.
Verser le tout dans un plat allant au four, râper une pomme de terre bouillie par dessus et répartir uniformément. saupoudrer de parmesan râpé.
Décorer avec le thym restant et passer 10mn au four sous le gril.
Servir aussitôt.

mercredi 27 janvier 2010

Ravioli ouverts de homard

On ne voit pas vraiment le homard
(pourtant il y en a)
et "ouverts" a été pris un peu trop au pied de la lettre.....
Un primo absolument délicieux,
qui pourrait tout à fait s'intégrer
dans un repas de fête !
La recette vient tout droit d'un numéro spécial
de "Sale e Pepe" sur Noël
("Piatti Gioiello di Natale" déc. 09)
.
Ces "raviolis ouverts"
sont en fait deux feuilles de lasagne
au milieu desquelles on place la farce.
On peut couper la pâte, une fois cuite,
pour lui donner différentes formes
(cercle, triangle, carré...).
.
Ingrédients pour 4 personnes :
- 8 feuilles de lasagne
- 2 petits homards surgelés
- 1 orange
- 1 fenouil
- 1 poireau
- 2 doses de safran
- 1 petit verre de Cognac
- 1 verre de vin blanc sec
- huile d'olive
- sel et poivre

Faire cuire les homards, environ 15mn, dans 2l d'eau salée, dans laquelle on aura ajouté le vin blanc et la moitié du jus d'orange. Les égoutter, les décortiquer et couper la chair en tranches, puis réserver. (En cas de homard déjà cuit, faire mariner la chair dans le jus d'orange.)
Faire revenir le poireau coupé en fines rondelles, le fenouil coupé en petits dés dans un fond d'huile d'olive (la recette originale préconise du beurre...), ajouter les tranches de homard, le Cognac, le reste du jus d'orange et le safran. Faire s'évaporer l'alcool à feu vif quelques instants puis réserver au chaud.
Pendant ce temps, faire cuire "al dente" les feuilles de lasagne, les récupérer à l'écumoire, les égoutter délicatement sur un linge propre, les découper selon vos goûts et les disposer sur un plat allant au four. Répartir la farce au homard sur 4 feuilles, poser les feuilles restantes par dessus, humecter le tout avec le jus restant et passer au four préchauffé à 180° pendant 10mn.
Servir aussitôt (en faisant très attention à ne pas rompre les ravioli !).

mardi 26 janvier 2010

Houmos à l'italienne

A l'apéritif,
pour changer de l'houmos
ou du guacamole,
ou tout simplement pour les accompagner,
voici une purée de fèves et de lentilles.
.
Très simple à réaliser,
avec un goût un peu exotique donné par le cumin,
cette purée deviendra probablement un de nos coups de coeur.
.
Ingrédients pour 4 personnes :
- 400g de fèves pelées (surgelées)
- 200g de lentilles préparées rincées et égouttées
(On pourrait faire réhydrater des fèves et des lentilles au moins 12h puis les faire cuire longuement : mais vu qu'il ne s'agit que d'un accompagnement d'apéritif, cela nous semble un travail un peu disproportionné.)
- 5 ou 6 cuillères à soupe d'huile d'olive
- 1 pincée de cumin
- sel et poivre
Faire cuire les fèves et les égoutter, bien rincer les lentilles, puis mélanger le tout, saler, poivrer, ajouter le cumin, un peu d'huile d'olive et mixer longuement pour obtenir une crème à la consistance onctueuse.
Pour rendre le mélange plus crémeux, ajouter de l'huile d'olive.
Mettre au frais 1h et servir sdur des morceaux de pain grillé ou des "lingue" piémontaises....

lundi 25 janvier 2010

Terrine de fromage de chèvre aux poires et aux pistaches

En ce début de semaine,
du consistant...
mais très savoureux !
Une idée de la "Cucina Moderna" de janvier...
.
Nous avons un peu modifié
la recette de base,
par goût mais aussi tout simplement
par manque de certains ingrédients...
(Impossible de trouver du pain de seigle...)
Je signalerai les différences dans la liste des ingrédients.

Nous avions du lard de Colonnata,
absolument extraordinaire,
en accompagnement,
et un Sauvignon,
comme "vino giusto"...
.
Ingrédients pour 4 personnes :
- 6 tranches de pain de seigle (nous l'avons remplacé par du pain complet)
- 5 à 600g de fromage de chèvre frais (genre P'tit Billy)
- 2 ou 3 poires (suivant grosseur)
- 40g de pistaches (ou de cerneaux de noix)
- 1 bouquet de sauge
- 2 brins de romarin
- 1 gousse d'ail
- huile d'olive (ou 80g de beurre)
- sel et poivre
Couper les poires en petits morceaux, sans les peler, les disposer dans un plat allant au four, les saler, les poivrer, ajouter la gousse d'ail coupée en 2, la sauge et le romarin. Faire cuire au four préchauffé à 200° environ 20mn. Puis les faire refroidir et éliminer l'ail et les herbes.
(Il ne faut pas hésiter à mettre un peu plus de poires dans la recette, cela donnera du liant et du fondant au résultat final.)
Hacher les pistaches (ou les cerneaux de noix, qui peuvent être ensuite poêlés à sec quelques minutes).
Ramollir à la fourchette le fromage de chèvre et y incorporer un filet d'huile d'olive. (La recette originale propose d'incorporer presque 100g de beurre amolli, ce qui nous a paru fort gras !)
Dans une terrine, anti-adhésive si possible, disposer au fond 2 tranches de pain complet (ou de seigle) en les retaillant à la bonne dimension, ajouter environ 1/3 du fromage de chèvre, sapoudrer de pistaches hachées et de morceaux de poires, ajouter par-dessus 2 tranches de pain, presser pour comprimer un peu le tout, ajouter 1/3 du chèvre, les pistaches et les poires, et enfin encore des tranches de pain et le reste du chèvre, des pistaches et des poires.
Terminer par 2 tranches de pain qui serviront de base à l'ensemble quand vous démoulerez la terrine.
Enrouler le tout dans du film transparent, placer environ 2 heures au réfrigérateur, démouler et servir, soit en entrée, soir en apéritif.
La terrine se conserve ensuite 3 jours au frais sans problème.

dimanche 24 janvier 2010

"Pasticcio" de calamars et d'olives

Toujours plongés dans nos recherches
sur la cuisine de Ligurie,
nous sommes tombés sur cette petite merveille
publiée il y a quelques années dans "La Cucina Italiana";
une recette "di mare" très simple à réaliser.
.
Ingrédients pour 4 personnes :
- 1kg de petits calamars (poches ou anneaux) préparés par le poissonnier ou à défaut surgelés
- 700g de petites tomates San Marzano (tomates cerises allongées)
- 300g d’oignons blancs
- 150g d’olives noires dénoyautées (si possible "taggiasche")
- 40g de chapelure
- 2 brins d’origan frais
- huile d’olive
- sel et poivre

Répartir les poches ou les anneaux de calamars, dans un plat allant au four et tapissé de papier sulfurisé. Verser un filet d’huile d’olive. Ajouter par-dessus la moitié des tomates coupées en 3 ou 4 morceaux, les oignons finement émincés, la moitié des olives coupées en rondelles, des feuilles d’origan et encore un filet d’huile d’olive.
Faire cuire au four préchauffé à 180° pendant 10mn.
Ajouter alors le reste des calamars, des tomates et des olives, saupoudrer généreusement de chapelure, de poivre et d’origan. Faire cuire à 200° pendant 5 ou 6mn puis 5 ou 6mn sous le gril très chaud.
Servir aussitôt sorti du four.

samedi 23 janvier 2010

Crème de cébettes et salade padouane

Deux recettes en cette fin de semaine,
mais la seconde est déjà très connue de nos lecteurs,
nous la republions, surtout pour la photo...
.
En revanche, les photos de soupes, crèmes et autres potages
sont assez souvent décevantes...
.
Cette crème de cébettes
(l'oignon cébette de son vrai nom , très apprécié à Marseille)
est délicieuse et très simple à réaliser.
.
Pour 4 personnes, il faut faire revenir
environ 600g de cébettes,
4 branches de céleri sans les feuilles,
le tout émincé finement,
dans un fond d'huile d'olive.
Ajouter une "poignée" d'épinards,
(nous avons utilisé un cube surgelé...)
on pourrait employer aussi du cresson frais.
Ajouter ensuite 80cl de bouillon de légumes,
saler, poivrer et faire cuire le tout environ 20mn.
Mixer et ajouter alors 2 à 3 cuillères de crème fraîche liquide.
Servir bien chaud.
.
.
Nous avons découvert cette salade padouane,
lorsque nous rédigions notre 1er tome
des "Rencontres Gourmandes"
consacré à Venise et à la Vénétie.
.
Ce fut un vrai coup de foudre !
Si l'on dispose d'une volaille de qualité,
c'est un vrai plat de fêtes,
mais qui peut, également,
devenir un plat de tous les jours,
car il se prépare assez vite
en utilisant notre variante :
(voir à la fin de la recette.)
Je vous offre donc aujourd'hui
la recette en italien de cette
"Insalata di gallina padovana
con uvetta, pinoli e olio extrvergine d'oliva".
(Salade de poule padouane
aux raisins secs, pignons et huile d'olive extravierge.)
.
Ponete la gallina, pulita dalle interiora, in una casseruola riempita a metà con dell'acqua.
Unitevi il sedano, la cipolla e la carota, mondati e lavati, le foglie di alloro e un pizzico di sale. Lasciate bollire per circa un'ora e mezza.
Quando la gallina sarà cotta, toglietela dal brodo, attendete qualche minuto e quindi disossatela e sfilettatene le carni, eliminando la pelle.
Mondate et lavate un mazzo di rucola, disponete le foglie sui piatti e adagiatevi sopra la carne, i pinoli e l'uvetta.
Condite con une "vinaigrette", ottenuta emulsionando un succo di limone con tre cucchiai d'olio ev e un pizzico di sale.
Decorare il piatto con dei pomodorini.

Sur la photo, les blancs de poulet (ou de poule) n'ont pas encore été effilés, comme on le préconise dans la recette et ont été cuits au four dans de l'huile d'olive et du vin blanc.

vendredi 22 janvier 2010

Salade de pommes, d'oranges et de pistaches


Voici un autre plat diététique,
qui a une particularité amusante,
il peut tout aussi bien être servi
en "antipasto" qu"en dessert !
Nous l'avons dégusté, quant à nous,
en entrée, avec un filet d'huile d'olive,
du sel, du poivre
et quelques gouttes de balsamique (version de la photo).

Mais, comme il restait
quelques morceaux de pommes
et quelques quartiers d'orange,
nous avons eu l'idée de le préparer
avec quelques gouttes de miel très liquide
mélangées au jus des agrumes.
C'est tout aussi délicieux....

jeudi 21 janvier 2010

Baccalà "in zimino"

Voici une deuxième recette "diététique",
typiquement de Ligurie.
La "baccalà" (la morue salée)
accompagnée d'épinards et cuite au four.


Le terme « zimino » a différents sens dans le vocabulaire culinaire italien : il peut désigner aussi bien une préparation de viande rôtie ou une soupe de petits poissons en Sardaigne, alors qu’en Ligurie ou en Toscane, il désignera un plat accompagné d’épinards ou de blettes, revenus ou non avec les « odori ». Les seiches sont souvent accommodées de cette façon
tout le long de la "riviera del Levante",
on y ajoute alors des tomates pelées.

Ingrédients pour 4 personnes :
- 500g de morue séchée réhydratée
- 1kg d’épinards ou de blettes
- 1 gousse d’ail
- gli odori (carotte, céleri, oignon)
- huile d’olive
- sel et poivre

Faire revenir 5mn les épinards ou les blettes dans un fond d’huile d’olive avec l’ail pressé et "gli odori" émincés.
Répartir la moitié des légumes dans un plat allant au four, disposer par-dessus les morceaux de poisson et recouvrir le tout avec les légumes restants.
Faire cuire au four préchauffé à 180° environ 20mn en évitant de dessécher les épinards : ajouter au besoin une petite louche de bouillon de légumes ou humecter le dessus avec du jus de cuisson.
Servir aussitôt.

mercredi 20 janvier 2010

Repas festif (3)

Samedi dernier,
nous sommes allés manger, "a pranzo",
chez nos amis ANC et MB, de Cassis,
deux grands italianophiles,
et surtout deux vrais "buongustai",
chez qui nous faisons toujours des repas fabuleux !
.
Ils n'ont pas fait mentir leur réputation,
et nous avons eu droit à un vrai repas de fête !
.
Pour commencer "Prosecco"
et quelques "antipasti"...
à la tapenade et au saumon...
.
Un vin de Ligurie :
un "Vermentino del Golfo di Tigullio",
"il vino giusto" pour ce repas
qui a suivi les règles du vrai repas italien...
.
Un crème de cèpes à la crème fraîche
comme "primo",
.
Comme "secondo di pesce",
des noix de St-Jacques poêlées,
aux oranges et aux marrons,
.
comme "secondo di carne"
des involtini de saucisses italiennes
et de chou
.
Un splendide plateau de fromages
.
Et au dessert,
avec un "vin santo"
"casalingo", fait par des amis à eux,
.
"le fave dei morti"

dont MB nous a donné la recette
et que voici :
Ingrédients: (pour une trentaine de biscuits)
1 citron non traité
1 œuf
30g de farine
150g de poudre d’amande
125g de sucre
1 cuillerée à soupe de cognac
15g de beurre
Des amandes émondées

Râper le citron.
Mélanger la poudre d’amande, le sucre, la farine, le beurre, le zeste, le cognac.
Battre l’œuf et l’ajouter au mélange.
On obtient une pâte qui ne colle pas au récipient.
Humecter les doigts et rouler la pâte en boulettes.
Les poser sur du papier de cuisson et mettre sur chacune une amande.

Mettre à four chaud (180°) une quinzaine de minutes (à surveiller).
Sortir du four et poser le papier sur une grille.

Pluviôse

Aujourd'hui,
nous sommes le 1er Pluviôse.

mardi 19 janvier 2010

Salade de haricots et de tomme "alle erbe"

Encore une salade,
en ce début de semaine,
et un peu plus consistante
que celles d'artichauts, présentées hier.
.
Le trio pourrait d'ailleurs
être servi en "antipasto".

Ingrédients pour 4 personnes :
- 300g de haricots blancs
- 100g de tomme de montagne (allégée)
- 1 échalote
- feuilles de marjolaine ciselées
- persil ciselé
- feuilles de basilic ciselées
- huile d’olive
- vinaigre balsamique
- sel et poivre

Faire cuire les haricots, bien les égoutter et les mélanger ensuite à la tomme coupée en petits cubes.
(J'ai utilisé des haricots blancs surgelés, mais on pourrait utiliser des "borlotti", qui se conservent également très bien congelés. En ce concerne le fromage, j'ai trouvé de l'excellente "tomme de Savoie allégée" chez "notre enseigne de grande distribution".)
Ajouter de l’huile d’olive, du vinaigre balsamique, les "herbes" et l’échalote émincée.
Bien mélanger le tout et laisser reposer environ 30mn.
Servir aussitôt.
On peut également faire "mariner" la tomme dans l'huile aromatisée aux herbes, pendant environ une heure, puis la mélanger aux haricots.

lundi 18 janvier 2010

Artichauts marinés

Pour commencer la semaine,
deux délicieuses recettes d'artichauts !
.
On commence à trouver des artichauts violets
sur nos marchés,
et "La Cucina" del Corriere
nous propose, ce mois-ci,
deux préparations pour "antipasti"
qu'il faut préparer la veille...
.
Artichauts marinés à la roquette
.
Artichauts marinés aux pignons et aux tomates séchées
.
La préparation est simple :
une fois les feuilles extérieures
et le haut des feuilles enlevés,
on coupe en 2 les artichauts
et on les fait cuire 5 à 10mn
(suivant si vous les aimez "al dente" ou non)
dans de l'eau salée et citronnée,
puis on les égoutte.
On prépare ensuite 2 petits saladiers
pour les faire mariner,
avec dans chacun de l'huile d'olive, du vinaigre,
du sel, du poivre.
.
On ajoute, dans le 1er, une gousse d'ail pressée,
3 pétales de tomates séchées coupés en petits morceaux,
du persil, de la marjolaine et du basilic.
Dans le 2nd, on ajoute
des feuilles de roquette ciselées.
On met les artichauts coupés en 2 dans les saladiers,
on mélange bien, on couvre avec un film de plastique,
et 24h au réfrigérateur.
-
Au moment de servir,
on égoutte bien les artichauts,
et on les dispose dans les assiettes de service,
on ajoute alors à la préparation aux tomates séchées
des pignons poêlés à sec bien chaud.
Les artichauts à la roquette peuvent être
servis avec quelques feuilles de roquette non marinées...

dimanche 17 janvier 2010

Les bonnes adresses de Totirakapon - Bassano del Grappa II -

Pour ce second volet consacré à Bassano del Grappa
commençons par deux photos qui évoquent
une des productions les plus réputées de la région:
"l'aquavita".
.
La maison Nardini est installée à une des extrémités
du "Pont des Alpins"
et un "musée de la grappa"
abrite quelques alambics et divers objets consacrés
à sa production et à sa diffusion.

Avec la grappa, il y a également
le "prosecco"!
.
C'est le « champagne de Vénétie », un de nos vins préférés! C'est un vin pétillant plein d’élégance que l’on trouve dans toute la zone au nord de Trévise, de Valdobbiadenne et de Conegliano. Mis au point en 1873 par Antonio Carpené, dont la famille produit toujours du vin, c’est d’abord un excellent vin d’apéritif.
Il convient aussi parfaitement aux antipasti de poissons et peut également accompagner tout un repas.
Une variante non pétillante, appelée « fermo », donne un blanc sec très parfumé,
mais hélas, quasiment introuvable, en dehors de la zone de production...
Pétillant ou « fermo », c’est notre coup de cœur !
.
Les vignes autour de Valdobbiadene
.

Deux verres de prosecco "fermo"
au restaurant "La Cima"
niché au sommet d'une colline,
qui surplombe le village de Valdobbiadene
...
.
où nous avons fait un excellent repas
dans un cadre splendide,
avec une "soprèssa" d'une qualité irréprochable,
.
et des grillades, (spécialités de la maison),
de foie de veau,


des côtelettes " a scottadito".
.
"La Cima" avec son cadre exceptionnel,
son accueil si chaleureux,
est vraiment une adresse incontournable.
Il ne faut pas avoir peur de faire les 5 ou 6 km de mauvaises routes
pour le rejoindre !
.
Enfin, pour clore ce "reportage",
et en gardant, bien sûr, le meilleur pour la fin,
la demeure "d'agriturismo"
(équivalent du "Bed & Breakfast"
dans les campagnes italiennes)
la "Villa Brocchi Colonna"
à Bassano.
Nous ne pouvons que vous inviter
à visiter leur site
qui donne une idée très précise
de l'atmosphère de cette splendide demeure,
classée parmi les 10 meilleurs hébergements en Europe,
par un journal américain.
.

Un accueil très simple et plus que chaleureux :
les chambres sont superbes,
la propriétaire et sa fille s'occupent de vous comme d'amis ;
elles vous font goûter au petit déjeuner
leurs confitures et leurs gâteaux (casalinghi !)
(ah ! leur "fregolata" !
je publierai un de ces jours la recette) ;
le soir, autour d'une "grappa"
aromatisée maison (à la jujube, par exemple),
on peut passer une heure ou deux à parler de choses et d'autres
(en italien, elles ne parlent pas ou très peu le français...).
.
Merci encore à nos amis M-O & F
de nous avoir fait connaître cet endroit magnifique,
au coeur des collines,
et où nous reviendrons !
.