Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


dimanche 4 avril 2010

Escapade à Bordighera

Escapade rapide et pluvieuse à Bordighera
pour les courses mensuelles...
.
Cela ne nous a pas empêchés
de faire une halte à "Buga Buga"
pour boire un "Vermentino della Riviera di Ponente",
de manger une "torta verde",
tourte aux courgettes dont nous avons déjà parlé,

et une "sardenea" :
.
Il s'agit de la fameuse "piscialandrea" ligure !
Dans la région de San Remo et à Bordighera, elle est appelée
« sardenea » ou « sardenaira »,
car on la sert souvent avec des sardines fraîches. Mais le plus souvent, elle est confectionnée avec de la sauce tomate, des oignons et des olives noires,
comme c’est le cas ici.
.
Cette préparation est appelée également « la pizza d’Andrea Doria » du nom du célèbre amiral génois (1466-1560) qui, paraît-il, en raffolait. Cette origine est probablement légendaire, car les tomates* étaient à peine apparues en Europe à cette époque…
Il s’agit donc d’une sorte de pizza, mais sans fromage et parfois avec de l’ail,
ce dernier ingrédient étant banni dans la vraie pizza.
Il en existe de nombreuses variantes, toujours sans fromage,
notamment celle
où l’on remplace l’ail par des câpres,
et que l’on appelle la « pisciadela ».
* Les tomates furent introduites en Europe après la découverte de l'Amérique,
où elles étaient cultivées surtout au Pérou, semble-t-il.
On lui avait donné le nom de "tomalt" ou "tomalti",
dérivé d'un mot aztèque "zitomate".
La tomate traversa l'Atlantique au début du XVIème siècle
sur les caravelles des "Conquistadores" espagnols,
heureux de rapporter de leurs voyages,
non seulement des trésors mais aussi des plantes inconnues. Ils appelèrent celles-ci: "tomata".
.
C'est par la porte de Naples, possession espagnole, qu'au XVIème siècle,
la tomate, d'abord considérée comme plante médicinale,
entra dans la cuisine italienne.
Les Italiens la nommèrent Pomme d'Or ( car les premières variétés étaient jaunes)
puis la transmirent aux provençaux (Gênes, Nice).
Ceux-ci désignèrent sous le nom de "Pomme d'Amour" ces jolies baies rouges dont l'odeur éloignait les fourmis et moustiques, mais ne se décidèrent à sa consommation
qu'à la génération suivante.
Pour plus de détails :

1 commentaire:

Anne a dit…

Les tomates commençaient à apparaître en Europe et la France devait déjà à l'Italie quelques plantes qu'un célèbre écrivain rapporta. Jean d'Ormesson écrit : "Rabelais se rendra à Rome avec le cardinal Du Bellay et en rapportera la romaine, le melon, l'artichaut et l'oeillet, dont il a subtilisé les graines dans les jardins du pape."
Anne