Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


dimanche 22 mai 2011

A scuola di cucina (VIII) : de nouveaux produits...(suite et fin provisoire)

Merci pour vos suggestions
et vos remarques !
J'ai écarté les "légumes anciens"
de mon message d'hier,
car il ne me semblait pas entrer
dans la rubrique "nouveaux produits"...

Topinambour

 Rutabaga


J'appartiens à une génération à qui on a répété :
"Souvenez-vous que nous,
nous avons dû manger des topinambours
et des rutabagas
pendant la Guerre !"
J'ai un peu de mal, aujourd'hui,
à les trouver délicieux,
de même que le potimarron et autres panais...
J'ai tort, très certainement.
Pour ceux qui voudraient plus de renseignements
sur ces légumes anciens
qui reviennent à la mode, voici trois liens
bourrés de renseignements et de recettes :
- le premier chez marmiton.org
- le deuxième chez lignepapilles.com :
- en fin des photos et des explications

Pour compléter ma réponse à Linda,
j'ajouterai,
qu'en France,
 nous employons très peu, voire jamais,
ces petites doses de crème ou de lait
que l'on ajoute dans le café.
On commande directement un "petit crème"
(ou une "noisette" à Marseille)
et on le sert, soit directement avec un peu de lait,
soit avec un pot de lait sur le comptoir.
En Italie, c'est "un macchiato"
(mot à mot : taché).
Enfin, je crois que les délais de conservation
des gâteaux du commerce sont dus
aux conservateurs et aux farines industrielles
qui sont utilisés.

Bon dimanche à tous !

3 commentaires:

Anne a dit…

Pendant mon enfance, j'ai entendu moi aussi ces remarques sur certains légumes anciens mais, comme je n'ai pas d'a priori, j'en ai testé et voici mon verdict : le rutabaga accompagne bien les autres légumes d'une soupe hivernale. Le panais, le pâtisson, et autres légumes du même genre, sont un peu fades mais cuits en ajoutant une noisette de beurre et assez d'ail et de persil en fin de cuisson, ils ne sont pas désagréables. Je n'ai pas encore essayé le topinambour.
Bon weekend!
Anne

Minemine et cie a dit…

Ici le rutabaga, on l'appelle "navet". Très commun, un peu moins que la pomme de terre quand même mais tout le monde en mange et depuis toujours.
Un mot sur la chronique d'hier : le "sel liquide en spray" n'est pas encore arrivé au Québec. Est-ce qu'on peut dire qu'il est parent de la cuisine nucléaire ?

Bon dimanche.

Linda

totirakapon a dit…

x Linda : le navet est un peu différent du rutabaga même s'ils se ressemblent beaucoup.
Ce que nous, nous appelons "la cuisine moléculaire" n'a rien à voir, je crois, avec ce sel en spray : ce doit être de l'eau salée, tout simplement...