Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


lundi 26 novembre 2012

Films et chansons (1)


Une nouvelle rubrique,
qui commence aujourd'hui,
et qui évoquera
des films et des chansons 
célèbres, ou moins célèbres...

Aucune logique,
ni chronologique, ni thématique, 
ce sera au gré des souvenirs,
des coups de coeur,
des disponibilités sur la Toile....

Nous commencerons
par un film un peu oublié,
et qui a un peu vieilli, également,
"Soldier blue"
et la très belle chanson du générique de fin
chantée par Buffy Sainte-Marie.

Soldat bleu ou Le Soldat bleu (Titre original Soldier Blue
est un film américain de Ralph Nelson, sorti en 1970 
avec Candice Bergen, Peter Strauss, et Donald Pleasence.



Une colonne de l'armée américaine escortant un important convoi de fonds est attaquée par des Cheyennes. La bataille vire au massacre ; les militaires sont impitoyablement exterminés. Seuls survivent un jeune soldat fraîchement incorporé, Honus Gent, et Kathy Maribel Lee, jadis enlevée par les Cheyennes, relâchée par le chef de la tribu (qui l'avait prise pour femme), dans le but de rejoindre son fiancé, un officier d'état major.
Le couple décide de rejoindre Fort Union, mais pour cela il doit traverser une contrée sauvage et hostile. Honus Gent s'avère peu expérimenté et malhabile, tandis que la jeune femme lui enseigne le savoir qu'elle tient des indiens et lui explique sans succès que l'attaque du convoi militaire relevait d'un acte de défense contre le génocide dont les Cheyennes sont victimes depuis au moins deux ans (époque de son arrivée dans la tribu) ; de surcroit les indiens avaient besoin de l'or convoyé pour acheter des armes. Au terme de leurs péripéties, Honus Gent découvre le bien-fondé des propos de Maribel : le massacre par l'armée américaine du village indien où avait vécu Maribel avec son mari cheyenne. (Wikipedia)

Le film renvoie à l'histoire du massacre de Sand Creek, le 29 novembre 1864, par neuf cents hommes de la cavalerie US. Les soldats assassinèrent beaucoup de femmes et d'enfants, prirent une centaine de scalps et commirent de nombreux viols et mutilations.
La violence de certaines scènes (à ce titre, le film était interdit aux moins de 13 ans) montre, pour la première fois, la cavalerie américaine, non plus comme une armée de héros, mais comme une meute de barbares cruels, lâches et sanguinaires. Le ton violemment anti-belliciste du film s'inscrit en outre dans le contexte de la guerre du Viet Nam : le film sort quelques jours avant que l’on apprenne le  massacre de My Lai).

Vous trouverez une excellente présentation du film sur le site "Critikat" en cliquant ici.

Et pour finir, le début des paroles de la chanson 
de Buffy Sainte Marie :
 (née Beverly Sainte-Marie)
 compositrice, parolière, chanteuse, 
actrice canadienne,
d'appartenance ethnique amérindienne,
née le 20 février 1941 
dans une réserve indienne Cree,
au Saskatchewan, (Canada).
Elle est en particulier l'auteur de la chanson à succès 
Bury my heart at Wounded Knee 
(Enterre mon cœur à Wounded Knee)
qui commémore le massacre de Wounded Knee, 
ainsi que Up where we belong, 
interprétée par plusieurs artistes.


"I tell you a story, it's a true one
And I'll tell it like you'll understand
And ain't gonna talk like some history man

I look out and I see a land
Young and lovely, hard and strong
For fifty thousand years 
We've danced her praises 
Prayed our thanks and we've just begun

This is, this is my country 
Young and growin' free and flowin' sea to sea
Yes this is my country
Ripe and bearing miracles in ev'ry pond and tree
Her spirit walks the high country
Givin' free wild samples 
And settin' an example how to give
Yes, this is my country
Retchin' and turnin', she's like a baby learnin' how to live".


Bonne semaine à tous
et n'hésitez pas à m'envoyer vos suggestions
pour cette rubrique !

4 commentaires:

Minemine et cie a dit…

D'abord, je suis ravie et curieuse à l'avance de cette nouvelle chronique!
J'ai 3 canaux de télévision qui diffusent des films du passé. Je ne me rappelle pas avoir jamais vu à l'horaire ce film et moi, je ne le connais pas. Je crois que son propos et sa prise de position l'ont marginalisé.
C'est vrai qu'en Amérique pour qui étudie l'Histoire, les Amérindiens ont été pratiquement exterminés. Il y a encore des réserves mais elles rencontrent des problèmes sociaux majeurs et elles ne sont pas intégrées à notre société. Elles sont en périphérie.

Bonne semaine.
Linda

elza jazz a dit…


Excellent idée cette nouvelle
rubrique. Nous allons faire un
effort de mémoire. Bonne semaine
à toi et Norma.
ELZA

elza jazz a dit…


As-tu l'intention d'utiliser
uniquement les chansons ou
également la musique ?
A propos de chansons, dans le
film de Joseph Losey, EVA, avec
Jeanne Moreau ( musique de Michel
Legrand), elle emporte toujours avec elle, un 33 tours de Billie Holiday ( je crois qu'il s'agit
de Strange Fruit ). C'est terrible et obsédant.
Bon, j'en reviens encore au jazz..
ELZA

Totirakapon a dit…

Pour Elsa,
le contenu et la forme de la rubrique ne sont pas encore fixés définitivement ; ce pourra être musique et films parfois, ("Ascenseur pour l'échafaud" !)donc ta proposition est la bienvenue et je la note par devers moi...

Oui Linda, le film est très violent et je ne crois pas l'avoir vu diffuser chez nous à la télé...
Il rappelle les heures sombres des nations...