Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


dimanche 23 décembre 2012

Chiuso per ferie !

Le blog est fermé
jusqu'au 1er Janvier 2013.


Et comme on dit en Provence :
 "A l'an que ven ! Se sian pas mai, 
que siguen pas men."

(A l'année prochaine ! Si nous ne sommes pas plus,
que nous ne soyons pas moins !)

Bonnes fêtes de fin d'année à tous !

samedi 22 décembre 2012

5 ans déjà !

5 ans de blog !
En effet, le premier message,
"les artichauts à la menthe",
date du 24 décembre 2007 !
Depuis lors,
presque 1800 messages
(à 1 ou 2 près...)
et surtout de nombreux amis
rencontrés par cet intermédiaire...


Profitons de l'occasion
pour les remercier
de leurs cadeaux
de fin d'année...
(Norma et Kali,
qui ont été également très gâtées,
le feront  à la rentrée !)

Merci à Linda
pour ces 2 livres !


A Paola et à Giovanni
(en plus des vins !)
pour ces splendides "pecorini"...


A Amartia,
pour le safran...
(promis, le risotto
se prépare !)


A Cristina
et Très Chic de Rome
pour ces biscuits de Toscane...



A Elza
pour ce très beau livre
de l'Accademia Barilla 
sur la cuisine italienne !
(Un article plus long,
pour le présenter,
est sous presse !...)


Enfin,
merci à Anne
pour "ces recettes gourmandes
du Limousin"...
(clin d'oeil 
à nos "Rencontres Gourmandes"...)


et pour ces délicieux chocolats,
photographiés
juste avant leur disparition totale !....


Oui,
merci à tous,
ce blog est avant tout
pour nous
un album de souvenirs,
mais il nous a permis de faire
de merveilleuses rencontres
de Montréal à Pavie,
en passant par Paris,
la Grèce, Rome
et le Limousin...

Passez toutes et tous 
de très bonnes fêtes de fin d'année !

jeudi 20 décembre 2012

"Vol au vent" de pain de mie à la brandade de morue

Ce "vol au vent" (clic clic)
est formé de plusieurs tranches 
de pain de mie
et fourré de brandade de morue...

On coupe des tranches de pain de mie
pour former un octogone
et on vide le centre
avec un emporte-pièce
ou avec un verre...
On passe chaque tranche
au jaune d'oeuf 
légèrement allongé d'eau,
et on en superpose 4
pour former un vol-au-vent...
On aplatit 4 tranches de pain  de mie
pour former le couvercle
et on les passe également à l'oeuf...
On les met au four
préchauffé à 180°
environ 10 à 15mn,
le temps qu'ils dorent légèrement...
Dès qu'ils sont sortis du four,
on les laisse refroidir
et on les remplit de brandade de morue :
c'est prêt !
(La brandade venait de mon poissonnier...)


Un excellent "Vermentino"
offert par nos amis
Paola et Giovanni
(un grand merci à eux,
pour ces bons fromages
et ces bons vins !)
a été "l'abbinamento" parfait....


Pour les Provençaux,
vous pourrez remarquer que
 le "blé de la Sainte-Barbe",
du 4 décembre,
pousse très bien !

Bonne journée à tous !

mercredi 19 décembre 2012

Films et chansons (4) : "Stand by me"

La dernière publication
de 2012,
pour cette rubrique,
sera consacrée
à une chanson
qui a inspiré un film...
Voilà qui n'est pas banal
et je n'en connais pas d'autres exemples...
Avis aux amateurs
si vous en connaissez...

La chanson est de 1961,
composée par Ben E. King
et le film est de 1986.
Voir ici un descriptif...
"Stand by me"
 n'a pas connu 
un grand succès en France,
il est même resté assez confidentiel...
C'est pourtant un excellent "road movie"
où les enfants ne sont pas décrits
mièvrement
comme si souvent dans le cinéma US...
La critique de Télérama :
"| Genre : club des quatre mortels.
"Dans les années 1950, le temps d'un week-end, quatre jeunes garçons s'enfoncent dans la forêt à la recherche d'un macchabée. Ce que les mômes découvrent, c'est l'angoisse et la mort, le courage de les surmonter aussi, la solidarité et la loyauté. Tout cela appartient au passé, mais un passé qui affleure de nouveau de manière fort mélancolique. Gordie est devenu romancier depuis cette escapade marquante, cette expérience initiatique qui a soudé le quatuor à tout jamais.
La fièvre de partir, la ligne de chemin de fer en guise de boussole et de promesse, la peur des coyotes, les nuits à la belle étoile... On dirait du John Ford mâtiné de Charles Perrault. Stand by me, d'après Stephen King, c'est un peu La Nuit du chasseur, version soul et r'n'b (la BO regorge de standards dont celui des Temptations)............ "  Jacques Morice

Profitons donc
de ce standard,
très années 60...

lundi 17 décembre 2012

Terrine de saumon, épinards et coquilles Saint-Jacques

Cette terrine de saumon
nous vient tout droit 
du magazine "A Tavola".
Sa préparation est un peu longue,
mais il n'y a rien de compliqué
et le résultat en vaut la peine...

On commence par faire cuire
5 à 10mn
300g de filets de saumon 
dans du bouillon de légumes 
ou du fumet de poisson...
On l'égoutte bien,
on l'émiette dans un saladier
et on le réserve.
Ensuite, on bat 2 oeufs
avec 20cl de crème fraîche
et on ajoute la moitié de cette préparation 
au saumon émietté et refroidi.
On coupe 6 à 8 noix de Saint-Jacques 
en fines lamelles
et on les ajoute au saumon à la crème.
On fait revenir les épinards
dans un fond d'huile d'olive,
puis on les réserve
et quand ils sont refroidis
on ajoute le reste de crème battue aux oeufs.
On mélange bien le tout, 
et on ajoute une pincée de noix muscade.


Dans un moule à cake beurré,
on dispose un couche de mélange saumon-saint-Jacques,
une couche d'épinards
et on termine par une couche de saumon...
En augmentant les quantités de saumon,
on peut arriver à 3 couches de saumon
et 2 d'épinards...


On fait cuire au bain-marie 45mn
dans un four préchauffé à 200°.
On démoule 
très délicatement
et on sert aussitôt...

Bonne journée à tous !

dimanche 16 décembre 2012

"Baicoli" et foie gras : un mariage d'amour....

Certes, les "baicoli" de Venise
sont délicieux avec du sucré,
mais ils sont aussi fabuleux
avec du foie gras !




Bon dimanche à tous !

samedi 15 décembre 2012

"Polpettone arlecchino"

Nous continuons dans les ambiances de Noël
avec ce "polpettone arlecchino" lombard
à base de "cotechino",
une spécialité d’Émilie-Romagne
que nos lecteurs connaissent bien...


On mélange de la viande de veau hachée
avec du "cotechino" coupé en petits morceaux
et on incorpore 2 oeufs durs au milieu de la viande.
On fait cuire environ 40mn au four...

Bonne journée à tous !

vendredi 14 décembre 2012

Atmosphère de Noël...

Les magazines de Décembre
sont sortis !


Les rayons des grands magasins italiens
se remplissent
de "panettone",


et de plein d'autres bonnes choses... 



Bonne journée à tous !

jeudi 13 décembre 2012

Foie de veau au vinaigre balsamique

Une merveille de la cuisine
d’Émilie-Romagne...
Rappelons que le vinaigre balsamique
 ne doit jamais cuire !


I N G R E D I E N T S
pour 4 personnes
800g de foie de veau émincé en fines tranches d’1cm d’épaisseur environ
1 verre de vin blanc sec
1 verre de vinaigre balsamique
1 oignon
200g de tomates cerises 
8 croûtons de pain frottés à l’ail
huile d’olive
sel et poivre
 Faire revenir l’oignon émincé dans un fond d’huile d’olive, ajouter les morceaux de foie de veau et les faire rissoler sur toutes les faces.
Ajouter les tomates cerises et faire cuire le tout 10 minutes, ajouter alors le vin blanc, le laisser s’évaporer à feu vif, puis saler et poivrer.
Ajouter enfin le vinaigre balsamique hors du feu, bien mélanger le tout pour laisser s’imprégner les saveurs et laisser reposer 5 minutes environ.
Servir aussitôt avec des croûtons de pain frottés à l’ail.

"Il vino giusto"


Bonne journée à tous !

mercredi 12 décembre 2012

Une soupe originale et de saison : la soupe de mâche à la purée de betterave

La recette est dans le titre !
En effet, "ce velouté de mâche 
au jus de betteraves"
est très simple à réaliser...
On fait cuire
1 petite pomme de terre
dans 80cl de bouillon de volaille,
on ajoute 250g de mâche,
1/2 cuillère à café de sucre en poudre
(très important, car la mâche est amère !)
 et on fait cuire 5mn.
On ajoute environ 10cl 
de crème fraîche liquide,
on mixe et c'est prêt !
Suivant "le degré de velouté" désiré ,
on enlève ou ajoute du bouillon avant de mixer...

On mixe une betterave
et on laisse s'écouler le liquide superflu
dans un chinois...
On récupère le jus et le sert
avec le velouté.


Il existe même des "chips de betteraves"
que vous pouvez servir avec...
Ce sera alors le fin du fin....

Bonne journée !

dimanche 9 décembre 2012

"Zuppa imbutida" et "garganelli alla salsiccia"

Aujourd’hui,
deux recettes, presque sans paroles,
d’Émilie-Romagne ...

La "zuppa imbutida" :
de petites ravioles
réchauffées dans 
du bouillon de viande....


Et les "garganelli"
(ici remplacés par des "penne rigate")
servis avec un sauce à la tomate
et à la saucisse,
typique de la région de Bologne....



Nous mettons la dernière main
à notre tome des "Rencontres Gourmandes"
sur l'Emilie-Romagne...
Il sera très bientôt disponible...

Bon dimanche à tous...

samedi 8 décembre 2012

Films et chansons (3) "You never can tell"


Aujourd'hui,
"You never can tell"
de Chuck Berry (1963),
chanson reprise dans le film 
de Tarantino
"Pulp Fiction" (clic clic).
On l'identifie parfois
sous le titre "C'est la vie",
en raison des premiers mots du refrain...

Le film a connu un immense succès,
en partie grâce à la façon de raconter cette histoire
de "ganssetères",
comme on dit à Marseille...
En effet, l'ordre de la narration
ne suit pas l'ordre de la fiction...




On trouve  un très bon résumé sur le site
cinema.krinein
"Avec Pulp Fiction, Quentin Tarantino puise au fond de l'imaginaire américain et construit son univers où se croisent cette fameuse contre-culture étatsunienne qui faisait des Etats-Unis une super puissance admirée dans le monde, et ses obsessions personnelles. Le titre fait ainsi référence à ces magazines de mauvaise qualité (d'où le nom de pulp) publiés dans la première partie du XXème siècle. Spécialisés dans le roman noir (Black mask), l'horreur (Weird tales) ou la science-fiction (Amazing stories), ils ont permis l'éclosion de talents reconnus comme Robert Bloch, HP Lovecraft ou Isaac Asimov et ont ainsi créé une littérature, et une culture, de genre où la peur, la violence côtoient souvent l'humour noir.


They furnished off an apartment with a two room Roebuck sale 
The coolerator was crammed with TV dinners and ginger ale, 
But when Pierre found work, the little money comin' worked out well 
"C'est la vie", say the old folks, it goes to show you never can tell 

They had a hi-fi phono, boy, did they let it blast 
Seven hundred little records, all rock, rhythm and jazz 
But when the sun went down, the rapid tempo of the music fell 
"C'est la vie", say the old folks, it goes to show you never can tell 

They bought a souped-up jitney, 'twas a cherry red '53, 
They drove it down to Orleans to celebrate the anniversary 
It was there that Pierre was married to the lovely madamoiselle 
"C'est la vie", say the old folks, it goes to show you never can tell"


Bonne journée à tous !

vendredi 7 décembre 2012

Feuilletés au fenouil et au mascarpone de gorgonzola

Aujourd'hui,
comme mon ordi a rendu l'âme,
je publie, exceptionnellement,
avec celui de Norma,
et les publications ne reprendront probablement
que la semaine prochaine....

Voici donc,
ce feuilleté
à base de "pâte filo" (ou phyllo) 
que l'on peut aussi réaliser
avec de feuilles de brick.
Recette très simple :
on fait revenir
des fenouils émincés
dans de l'huile d'olive,
on les laisse refroidir,
on les dispose
sur quelques feuilles de pâte superposées
(elles sont très minces !).
On ajoute l'équivalent de 
2 cuillères à soupe de mascarpone au gorgonzola.
On forme alors
3 ou 4 feuilletés
en entortillant les bords.
On les passe au jaune d'oeuf dilué
dans un peu d'eau
et on les fait cuire environ 15mn 
au four préchauffé à 180°.
Et c'est prêt...



Un coup de coeur de Norma !

lundi 3 décembre 2012

Films et chansons (2) : Le Juge et l'Assassin

Finale du film 
« Le Juge et l'Assassin » 
de Bertrand Tavernier en 1976
Texte de Jean-Roger Caussimon

(voir plus bas)
Musique de Philippe Sarde,
Chanté par Isabelle Huppert. 

Césars 1977
César du meilleur acteur pour Michel Galabru
César du meilleur scénario original 
ou adaptation pour Jean Aurenche et Bertrand Tavernier

Avec : Philippe Noiret (le juge Rousseau), 
Michel Galabru (le sergent Bouvier)
Isabelle Huppert (Rose) Jean-Claude Brialy (Villedieu) 
Renée faure (Mme Rousseau)
1h 50



"1893 : Le sergent Joseph Bouvier apprenant qu'il est réformé à cause de ses brusques accès de violence tempérés par des crises de dévotion, part retrouver sa fiancée Louise Lesueur. Mais celle-ci refuse de l'épouser. Aveuglé par la douleur, il lui tire trois balles de revolver et tente de se suicider.
C'est un double échec : Louise n'en meurt pas et Joseph est condamné à vivre mais cette fois avec deux balles dans la tête. Bouvier quitte l'asile de Dole où il était enfermé. La médecine l'a reconnu guéri et sain d'esprit, ce qui ne l'empêchera pas d'éventrer, d'étrangler, de violer plus de douze personnes en quelques mois. Il court les routes, hanté par le souvenir de Louise, tuant telle une bête fauve dans de subits accès de rage et implorant le pardon de Dieu qui lui a confié, croit-il, la mission de réveiller la France endormie, écrasée par l'injustice : il est l'anarchiste de Dieu.
Personne ne soupçonne Bouvier, les crimes étant trop éloignés les uns des autres, personne sauf le Juge Rousseau qui vit à Privas, avec sa mère. À force de déduction, il a réussi à recomposer un signalement de l'assassin. Et, fait nouveau pour l'époque, il l'envoie aux deux cent cinquante Parquets de France. Cette initiative décriée même par son meilleur ami, le procureur Villedieu, qui a longtemps vécu aux colonies, permet au juge de se retrouver enfin face à face avec Bouvier. Petit à petit, il va gagner la confiance du meurtrier. Séduit par le juge, Bouvier va peu à peu tout lui avouer, lui donnant des détails qui constituent des preuves irréfutables. Il se sait malade et veut qu'on le soigne. Mais, au fond de lui-même, le juge croit que Bouvier simule la folie. Et le juge, aidé par les experts, va envoyer Bouvier à la guillotine."
(Cinéclub de Caen)
Paroles :
"La Commune est en lutte
Sans doute, mon amour, on n'a pas eu de chance
Il y avait la guerre
Et nous avions vingt ans
L'hiver de 70 fut hiver de souffrance
Et pire est la misère
En ce nouveau printemps...
Les lilas vont fleurir les hauteurs de Belleville
Les versants de la Butte
Et le Bois de Meudon...
Nous irons les cueillir en des temps plus faciles...

La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons...

Nous avons entendu la voix des camarades :
« Les Versaillais infâmes
Approchent de Paris... »
Tu m'as dit : « Avec toi, je vais aux barricades
La place d'une femme
Est près de son mari... »
Quand le premier de nous est tombé sur les pierres
En dernière culbute
Une balle en plein front
Sur lui, tu t'es penchée pour fermer ses paupières...

La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons...

Ouvriers, paysans, unissons nos colères
Malheur à qui nous vole
En nous avilissant...
Nous voulons le respect et de justes salaires
Et le seuil des écoles
Ouvert à nos enfants...
Nos parents ne savaient ni lire ni écrire
On les traitait de brutes
Ils acceptaient l'affront...
L'Égalité, la vraie, est à qui la désire...

La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons...

Les valets des tyrans étaient en plus grand nombre
Il a fallu nous rendre
On va nous fusiller
Mais notre cri d'espoir qui va jaillir de l'ombre
Le monde va l'entendre
Et ne plus l'oublier...
Soldats, obéissez aux ordres de vos maîtres
Que l'on nous exécute
En nous visant au cœur
De notre sang versé, la Liberté va naître...

La Commune est en lutte
Et nous sommes vainqueurs..."


dimanche 2 décembre 2012

"Belle parti" (2)

Le dernier soir à Padoue,
après une journée magnifique à Venise,
nous sommes retournés au "Belle Parti"
pour finir dignement le séjour...


Quelques tranches de "culatello di Zibello"
en amuse-bouche....


"Insalata di puntarelle con crostini 
di acciughe e burrata"
pour Norma...
Les "puntarelle" sont introuvables
en dehors de l'Italie
ou de la proche frontière...
Ça ressemble beaucoup à de la chicorée
et ici elles étaient servies
avec de petits croûtons,
des anchois et de la "burrata", (clic clic)
cette mozzarella pleine de crème...


"Cacio e pepe con gamberoni" :
une variante des célèbres pâtes
"au fromage et au poivre",
mais servies avec une grosse crevette....


Et le clou de la soirée,
une spécialité du chef,
qui n'apparaît pas toujours sur la carte,
les "Abbracci di piovra"
le baiser de la pieuvre !...
Il s'agit d'une "burrata" servie
avec un petit poulpe tiède
et quelques feuilles de basilic,
le tout sur une salade de tomates
et des "taggiasche" dénoyautées...
Splendido !


Un splendide repas,
finalement assez léger,
("niente dessert" évidemment...)
et un merveilleux souvenir de Padoue
où nous avons vraiment passé 
un inoubliable séjour...

Bon séjour à tous...

samedi 1 décembre 2012

Risotto al radicchio e alle cozze

Aujourd'hui, 
une recette d'Emilie-Romagne :
un "risotto à l'endive de Trévise 
et aux moules".
C' un risotto « di terra e di mare » 
qui associe la fameuse endive rouge de Trévise, 
« il radicchio », à des moules.
 La recette est typiquement romagnole, 
mais semble avoir été inspirée 
par la Vénétie toute proche. 
D’ailleurs, une variante remplace les moules 
par des « vongole » (les clovisses).

I N G R E D I E N T S
pour 4 personnes

300g de riz Arborio ou Carnaroli
500g de moules fraîches ou 200g de surgelées 
2 endives rouges de Trévise
1 oignon 
20g  de parmesan râpé 
80cl  de fumet de poisson 
40g  de beurre
huile d’olive
sel


Un blog ami,
"Che profumino !" (clic clic)
a fait paraître
une photo,
et la recette,
l'année dernière...


Voici la nôtre,
qui reprend celle du "ricettario"
et qui vient mettre
une dernière touche
à notre tome 6
des "Rencontres Gourmandes",
sur l'Emilie-Romagne,
bientôt
dans toutes les bonnes librairies....


 Faire cuire les moules dans un fond d’huile d’olive, éliminer celles qui ne se sont pas ouvertes, filtrer le jus de cuisson et les décoquiller, si possible, puis les réserver. On peut utiliser également des moules surgelées et les faire cuire en suivant les instructions d’emploi.
 Faire revenir l’oignon dans de l’huile d’olive, ajouter le riz et le faire blondir quelques minutes puis incorporer, les endives de Trévise coupées en julienne, les faire cuire quelques instants et ajouter, petit à petit, du fumet de poisson et le jus de cuisson des moules jusqu’à ce qu’il soit presque totalement absorbé par le riz. Le risotto doit être « all’onda », c’est-à-dire très liquide.
 En milieu de cuisson du riz, incorporer les moules. Saler, très peu, et poivrer.
 Hors du feu, ajouter du beurre pour donner du liant puis le parmesan.
 Bien mélanger le tout.
 Servir aussitôt.

Bon week-end à tous !