Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


mercredi 29 mai 2013

Films et chansons (23) "Que la fête commence..."

Que la fête commence… 
est un film historique français 
réalisé par Bertrand Tavernier, sorti en 1975, 
avec Philippe Noiret, Jean Rochefort et Jean-Pierre Marielle. 

"Le film se déroule au XVIIIe siècle durant la période de la Régence
 et met notamment en scène l'histoire vraie 
de la conspiration de Pontcallec.
Le roi Louis XV (arrière-petit-fils et successeur de Louis XIV) 
étant mineur, la régence est assurée par son grand-oncle, 
le duc d'Orléans, (Philippe Noiret), débauché notoire, 
entouré d'une cour de prostituées et de jouisseurs délurés.

En Bretagne, le marquis de Pontcallec (Jean-Pierre Marielle) fomente 
un complot destiné à renverser le duc au profit du roi Philippe V d'Espagne, 
petit-fils de Louis XIV et oncle du jeune souverain. 
Il espère ainsi redonner son indépendance à la Bretagne 
et y proclamer la république.
L’abbé Dubois (Jean Rochefort), 
premier ministre complaisant du régent et manipulateur ambitieux, 
se charge de mettre fin à la conspiration 
tout en l'utilisant pour assouvir ses propres ambitions."

On y entend la très belle chanson,
interprétée par Gilles Servat,
en breton,
"La complainte du marquis de Pontcallec".



Eur werzeen neve zo savet;
War markiz Pontkalek eo gret;

Diskan
- "Traitour ! ah! Malloz d'id ! Malloz d'id 'ta !
Traitour ! ah ! Malloz d'id ! ah !"

War markiz iaouank Pontkalek,
Ker koant, ken drant, ker kalonek !

Mignon a oa d'ar Vretoned,
Abalamour aneo oa deuet;

Ablamour aneo oa deuet,
Hag etre-z-ho oa bet maget.

Mignon a oa d'ar Vretoned,
D'ar vourc'hizien ne larann ket;

D'ar vourc'hizien ne larann ket,
A zo a-du ar C'hallaoued;

A zo atao' kas gwaska re
N'ho deuz na madou na leve,

Nemet poan ho diou-vrec'h, noz-de,
Evit maga ho mammou d'he.

Laeket en devoa enn he benn
Dizamma d'eomp-ni hor horden;

Gwarizi-tag d'ar vourc'hizien,
O klask ann tu eid hen dibenn.

-"Otru markiz, et da guhet,
Ann tu a zo gant he kavet !"

Un chant nouveau a été composé,
il a été fait sur le marquis de Pontcalec;
Refrain
- "Toi qui l'as trahi, sois maudit ! sois maudit !
Toi qui l'as trahi, sois maudit !"
Sur le jeune marquis de Pontcalec,
si beau, si gai, si plein de coeur !
Il aimait les Bretons,
car il était né d'eux;
Car il était né d'eux,
et avait été élevé au milieu d'eux.
Il aimait les Bretons,
mais non pas les bourgeois;
Mais non pas les bourgeois
qui sont tous du parti français;
Qui sont toujours cherchant à nuire
à ceux qui n'ont ni biens ni rentes,
A ceux qui n'ont que la peine de leurs deux bras, jour et nuit,
pour nourrir leurs mères.
Il avait formé le projet
de nous décharger de notre faix;
Grand sujet de dépit pour les bourgeois
qui cherchaient l'occasion de le faire décapiter.
- "Seigneur marquis, cachez vous vite,
cette occasion, ils l'ont trouvée !"


Aucun commentaire: