Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


dimanche 13 octobre 2013

Tripes à la florentine

 En Toscane, on adore les tripes, cela tombe bien, car nous aussi ! 
On les trouve sous forme de salades froides 
ou encore parfumées au safran (« alla montalcinese »).
La recette la plus connue est celle que nous présentons, 
et elle existe depuis le XVème siècle. 
Elle est présente dans l’un des premiers traités de gastronomie,
 le « Libro de Arte Coquinaria » (vers 1460) de Maestro Martino.

  
Faire revenir « gli odori » (oignon, carotte, céleri)
 coupés en petits morceaux dans un fond d’huile d’olive.
 Y ajouter de la pancetta ou des petits lardons 
et laisser rissoler le tout. Incorporer alors les tripes. 
 Saler et poivrer légèrement, puis ajouter de la noix muscade 
et des tomates pelées et faire cuire environ 45 minutes.
Disposer dans chaque assiette une tranche de pain grillé 
et y verser par-dessus les tripes bien chaudes. 
Saupoudrer généreusement de parmesan râpé et servir aussitôt.


 Typique de la capitale de la Toscane : 
les tripes sont souvent vendues dans la rue ; 
on trouve ces marchands ambulants Via Cimatori 
ou Piazza Frascobaldi (nos photos).


 Une curiosité florentine s’appelle le « lampredotto » :
 elle consiste à faire revenir les tripes dans un fond d’huile d’olive
 avec « gli odori » puis à les recouvrir d’un bouillon de bœuf bouillant 
et à les faire cuire environ 20 minutes. 
Elles doivent être servies ensuite dans un petit pain, 
appelé en dialecte « sèmel ».


Bonne journée à tous !

5 commentaires:

Amartia a dit…

là je ne vais pas te suivre. Le seul abat que je ne peux décidément pas avaler, c'est bien les tripes !

Mireille a dit…

Les tripes sont un de mes plats préférés.
C'est un peu la même recette qu'à Nice, mais nous y mettons du vin blanc et nous faisons gratiner le parmesan.
Et j'aime beaucoup les tripes dans le pain.
Un délice surtout bien chaudes quand il commence à faire froid.
A midi osso bucco avec polenta "morbide".
Bon dimanche, gros bisous.

Gine a dit…

Je suis fan! et j'ai organisé nombre de Trip'party - ou tripes parties - pour les amis amateurs (les autres étant relégués en bout de table avec des mets campagnards régionaux). Nous étions jeunes et fauchés et les tripes étaient fort bon marché, ce qui nous permettait d'avoir la table bien garnie. Je ne suis pas trop tomates, ni fromages, mais je les cuis à la mode de Caen (vinaigrette), au safran bien sûr, et à la Zurichoise (cumin, poireaux et crème). J'essaierai cette année le deuxième des plats que tu proposes, juste au court bouillon sur du pain: miam!
Bon dimanche

Tietie007 a dit…

Je fais déjà les tripes à la provençale, ou "gras double", il faudra que j'essaie cette recette.

Sothy a dit…

Dire que j'ai failli louper un bon plat de tripes! miam!