Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


samedi 13 décembre 2014

La "farinata" de Ligurie


Pas vraiment légère,
mais si savoureuse !

Depuis plusieurs semaines,
nous avions dans les placards,
cette boîte de préparation rapide
de  farinata
et avant que la date de péremption 
ne se pointe,
il fallait la manger !


Je vous raconte à nouveau,
l'histoire de ce très vieux plat de Ligurie !

La légende raconte que cette préparation serait née par hasard, 
en 1284, quand la flotte de Gênes battit celle de Pise. 
Les marins pisans prisonniers furent enfermés dans les galères génoises comme rameurs et lorsqu’une violente tempête se déchaîna sur le chemin du retour, des barils d’huile d’olive se renversèrent, des sacs de farine de pois chiches s’éventrèrent 
et le tout fut trempé d’eau de mer ! 
À la guerre comme à la guerre, les marins prisonniers 
durent bien se résoudre à manger cette bouillie informe. 
Mais certains s’aperçurent qu’elle devenait tout à fait délicieuse 
en la faisant sécher au soleil. 
Rentrés à Gênes, ils propagèrent leur « expérience culinaire » 
et on se mit à cuire au four la « farinata ». 
Il semble toutefois que ce plat à base de pois chiches 
soit connu depuis l’Antiquité.
On vendait la « farinata » dans des boutiques appelées « sciammadde »
 où on pouvait les déguster avec un bon verre de vin de Ligurie. 
Ces boutiques, fréquentées par les artistes, 
ont été évoquées par le poète et chanteur génois Fabrizio de Andrè.

Du côté français, entre Nice et Menton,
on l'appelle la "socca".

Recette italienne farinata de pois chiches
(photo la cuisine italienne)

Pour 4 ou 5 personnes :
Délayer 400 g de farine de pois chiche 
dans de l'eau froide, ajouter 1/2 verre d'huile d'olive 
et 1 cuillerée à soupe de sel.
Bien battre pour éviter les grumeaux,
la consistance doit ressembler à celle d'un pâte à crêpes.
 Laisser reposer 4 ou 5 heures,
ou, encore mieux, toute une nuit.
Faire chauffer le four à température maximale 
et faire chauffer aussi la plaque de cuisson bien huilée.
Verser ensuite la pâte sur la plaque, tapissée de papier sulfurisé,
sur une épaisseur de 4 à 5 millimètres, 
saupoudrer de romarin et enfourner.
Dès que la farinata commence à se colorer 
en formant une croûte plus foncée sur les bords, c'est prêt !
Il faut compter environ entre 15 et 20mn.

Dans certaines variantes, on ajoute
des champignons ou des oignons...

A défaut d'un vin rouge italien,
un "Côtes-de-Provence"
fera l'affaire
pour l'accompagner...



On peut aussi la faire cuire au four à pizza !


Merci à "Giallo Zafferano"
pour cette belle photo !


3 commentaires:

Cristina a dit…

je la connais et ça me plait beaucoup. tu sais, Toti? la farine de pois chiches est aussi fantastique pour paner des legumes (ou bien de simples feuilles de sauge).

Coudre au jour le jour a dit…

Les légendes italiennes sont toujours agréables à entendre.
La farine de pois chiches est rare ici, on la retrouve probablement dans les épiceries italiennes mais pas dans les supermarchés. De loin, ça fait penser à la polenta.

Linda

Totirakapon a dit…

Oui, ça ressemble à de la polenta, mais on ne peut pas la cuisiner de la même façon.

Comme dit Cristina, on peut effectivement paner des légumes avec, c'est délicieux !