Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


lundi 22 mars 2010

La "pappanozza"

Donc, à la suite de notre message du 16 mars,
voici de nouveau une recette
du commissaire Montalbano,
en référence au tome 2
du livre consacré à la cuisine
"du plus fûté des commissaires siciliens".
.
Aujourd'hui,
la "pappanozza",
(on sent déjà, en le prononçant, que c'est du costaud !)
et c'est un plat que Salvo
mange dans
"La vampa d'agosto"
traduit en français par "Un été ardent".
(littéralement c'est la "bouffée de chaleur d'août",
voire "la canicule d'août")
.
Le terme est traduit par "pitance",
mot un peu péjoratif et surtout générique,
alors qu'en italien, il a droit à une entrée particulière,
et c'est le nom d'une vraie recette !
Absolument délicieuse !


Ingrédients :
4 pommes de terre (pour le goût, j'ai pris des "rattes du Touquet" et donc multiplié par 2 le nombre des pdt)
4 oignons rouges
huile d’olive
vinaigre de vin blanc
sel et poivre noir


Faire cuire ensemble les pommes de terre épluchées et les oignons coupés en deux dans de l’eau salée pendant environ 1 heure, à feu vif. Bien les égoutter, les écraser à la fourchette, ajouter un filet de vinaigre, 2 ou 3 cuillères à soupe d’huile d’olive, du sel et du poivre noir. Laisser reposer au frais et servir aussitôt.

« Adelina lui avait préparé « la pappanozza ». Oignons et pommes de terre longuement bouillis, puis placés dans une assiette et pressés à la fourchette jusqu’à se mêler intimement. Condiments : huile, un soupçon de vinaigre, sel et poivre noir moulu à l’instant. Il ne mangea rien d’autre, il voulait rester léger. » p.111-112 (p.117 dans l’édition italienne)
Cette huile d'olive,
produite près d'Aix-en-Provence,
à Rousset,
avec des olives maturées
est l'accompagnement parfait pour cette "pappanozza" !
Une goutte de cette "crème de balsamique"
et c'est parfait !

3 commentaires:

colibri a dit…

Simplissime, mais alors, ce doit être un délice, facile à manger d'une main, en dévorant de l'autre une aventure de ce commissaire-là que j'adore !!! Merci Toti.

norma c a dit…

Pas si lourd que ça et plein de goûts, un délice !

Anne a dit…

Réussir un plat apparemment simple nécessite talent et expérience (c'est votre cas), ainsi que la qualité des produits comme ceux que vous avez choisis.
Anne