Pointu à Cassis

Pointu à Cassis
Pointu à Cassis


« C'est ici un blog de bonne foi, lecteur.
Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune autre fin que culinaire et privée.
Je n’y ai aucune préoccupation de ton service ni de ma gloire.
Je l’ai consacré à la commodité particulière et gastronomique de mes parents et amis.
Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière culinaire de mon blog :
il n’est pas raisonnable que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain ».


lundi 11 février 2013

Films et chansons (11) : "Retour vers le futur 1"

Aujourd'hui,
pour commencer la semaine, ce sera 
"Johnny B. Good"
de Chuck Berry...

Tout le monde sait que,
dans le film,
 Marty McFly interprète ce titre en 1955, 
dans le lycée de ses parents, à la « Féerie dansante des sirènes ». 
Marvin Berry, un membre du groupe de musique 
chargé d'animer la fête,
 téléphone à son cousin, un certain "Chuck",
 pour lui faire part de cette découverte musicale.
La chanson a été aussi utilisée
dans "Le Péril jeune"
de Klapisch en 1994,
et probablement dans bien d'autres...







Comme nous le rappelle Wikipedia, le film n'a pas connu que de bonnes critiques, à sa sortie....

« Cette mouture comédie S.F.-pop-corn a beau avoir battu des records d'entrées aux États-Unis, elle a beau être un pur produit de l'école Spielberg-Zemeckis, on a bien du mal à y voir autre chose qu'une exploitation facile de l'imagerie rock'n'roll et (encore) une glorification un peu bêta de l'Amérique, une ! »
— Stella Molitor, Première

« On accepte ou non, on vibre ou non à cette charge démente concoctée par ces purs cinglés de cinéma que sont ceux de la bande à Spielberg, le producteur du film. Ne projetons pas notre moralisme sur ce conte déchaîné franchement drôle, témoignage paroxystique d'une société qui ne doute de rien. »
— Louis Marcorelles, Le Monde

« Un exploit enchanteur qui s'accompagne aussi d'un retour aux fifties, très habile, à une ancienne fureur de vivre qui fait rêver aujourd'hui, sans oublier l'hommage au rock et à ses pionniers. [...] Il faut donc saluer l'intelligence des prouesses de la mise en scène, qui ne se résume pas aux effets techniques, aux trucages époustouflants, mais réussit le mariage du style futuriste et rétro comme au temps fabuleux des surréalistes. »
— Anne de Gasperi, Le Quotidien de Paris

« Back to the future, dites-vous ? On a plutôt envie de dire No Future. Pour l'instant, entre la guimauve faussement nostalgique et l'hémoglobine communiste, vous n'avez que l'embarras du choix. »
— M.P., Le Matin

« [...] un des plus consternants navets qu'ait produit la bande à Spielberg... [...] Retour vers le futur est le ramassis d'images le plus inoffensif que l'Amérique nous ait envoyé depuis des années. Quant à Bob Zemeckis, son amour des mouvements d'appareils pour rien, son manque de temps absolu dans la direction d'acteurs, sa conception hystérique de la mise en scène en font d'ores et déjà le prétendant idéal de Tavernier américain. »
— L.S., Libération

« Retour vers le futur, spectacle agréable et délassant, risque, avec le temps, de devenir un film de référence. »
— Robert Chazal, France Soir

Sur ce,
bonne semaine à tous !

1 commentaire:

Minemine et cie a dit…

Quand "Retour vers le futur" est présenté pour la ixième fois à la télévision, je ne peux m'empêcher de penser que Michael J Fox avait sa vie devant lui et qu'il ignorait l'ampleur du défi qu'elle lui réservait.
Les critiques ne sont pas unanimes mais celui qui a dit que ça deviendrait un film culte, n'avait pas tort. Et le cinéma est aussi fait pour nous divertir, mission accomplie à mon avis.

Linda